Actions de la Résistance dans l'Ain

les actions contre les voix ferrées


1er avril 1944 à Saint-Rambert, 
2 avril à Perrex, Sylans, Marlieux, 
3 avril à Argis, La Vavrette, Miribel, Marlieux, La Burbanche, Coligny, 
4 avril à Perrex, 
5 avril à Argis, Mézériat, Saint-Martin-du-Mont, 
6 avril à Saint-Martin-du-Mont, 
7 avril à Marlieux, Druillat, 
7 au 8 avril à Ramasse, 
8 avril à Ambronay, Ambérieu, Servas, Vonnas, 
9 avril à Ambérieu, Torcieu, 
10 avril à Salavre, Virieu-le-Grand, Villereversure, Arbent, 
11 avril à Perrex, Leyment, 
12 avril à Sénissiat, 
13 avril à Polliat, Artemare, Ambérieu, 
14 avril à Ceyzériat, La Vavrette, 
15 avril à La Vavrette, 
18 avril à Ambérieu, 
21 avril à Neyron, Virieu-le-Grand, 
30 avril à Saint-Etienne-du-Bois, 
1er mai à Coligny, Leyment, Ambérieu, 
3 mai à Mézériat, 
3 au 4 mai à Bény, 
5 mai à Neyron, 
6 mai à Marlieux, 
6 au 7 mai à Coligny, 
7 mai à Ambérieu, 
7 au 8 mai à Ambronay, Salavre, Saint-Rambert, Polliat, 
8 mai à Leyment, 
8 au 9 mai à Coligny, 
9 au 10 mai à Coligny, 
12 au 13 mai à Balan, Virieu-le-Grand, 
13 mai à Moulin des Ponts, 
13 au 14 mai à Cheignieu la Balme, 
14 mai à Moulin des Ponts, 
15 mai à Moulin des Ponts, 
16 au 17 mai à Neyron, Pont d’Ain, Salavre, 
18 au 19 mai à Torcieu, 
19 au 20 mai à Saint-Etienne-du-Bois, 
21 mai à saint-Denis-en-Bugey.

Plus...

actions de la résistance dans l'Ain juin 1944

1er – 2 juin : sabotage à Saint-Rambert, gare de Bourg, sabotage Moulins-des-Ponts, sabotage à Druillat. 
2 – 3 juin : attentat à Druillat. 
3 – 4 juin : sabotage à Pont d’Ain, sabotage gares La Cluse – Nurieux – ligne Bourg-Bellegarde. 
4 – 5 juin : sabotage à Châtillon-de-Michaille, sabotage à la Vavrette. 
5 – 6 juin : sabotage à Druillat, sabotage à Tossiat, sabotage en gare de Pont d’Ain. 
6 – 7 juin : sabotage à Rossillon, dépôt d’Ambérieu. 
7 juin : sabotage à Nantua. 
7 – 8 juin : sabotage entre Ambronay et Ambérieu, déraillement à Belmont, sabotage de la gare de Polliat. 
8 juin : voie ferrée Bourg – Lons-le-Saunier, tentative de sabotage à Servas, sabotage tunnel de Bognes à Surjoux, sabotage à Villereversure, sabotage à Pont-de-Veyle, déraillement à Druillat, voie ferrée Ambérieu-Bourg, sabotage à Villemotier, sabotage près de Saint-Rambert. 
12 juin : sabotage poste d’aiguillage de Bourg. 
13 juin : sabotage entre la Burbanche et Rossillon, sabotage près de Ceyzériat. 
13 – 14 juin : sabotage à Servas. 
14 juin : lignes téléphoniques coupées près d’Artemare. 
15 juin : sabotage entre Coligny et Moulin-des-Ponts.
15 – 16 juin : sabotage près de Torcieu. 
17 – 18 juin : sabotage à Servas, sabotage près de Saint-Martin-du-Mont. 
18 juin : sabotage entre Leyment et Ambérieu, sabotage à Saint-Denis-en-Bugey, sabotage entre Saint-Rambert et Torcieu. 
19 – 20 juin : sabotage et déraillement près de Leyment, sabotage voie ferrée Pont d’Ain et Saint-Martin-du-Mont. 
20 juin : sabotage voie ferrée à Saint-Martin-du-Mont, sabotage voie ferrée à Torcieu. 
20 – 21 juin : sabotage voie ferrée près de Polliat, sabotage voie ferrée à Ambronay. 
21 juin : sabotage près de la Vavrette et attaque d’un train de service, sabotage pont entre Pont d’Ain et Ambronay, voie ferrée Ambérieu-Bourg à Ambronay. 
22 juin : sabotage à Vonnas, sabotage entre Torcieu et Saint-Rambert, voie ferrée Bourg-Saint-Amour, voie ferrée Croix-Rousse - Sathonay. 
22 – 23 juin : sabotage à Servas. 
23 juin : sabotage à Saint-Denis-en-Bugey. 
24 juin : sabotage à Ambronay, sabotage entre Mézériat et Polliat. 
25 juin : sabotage à Leyment. 
26 juin : sabotage entre Ambronay et Pont d’Ain. 
25 – 26 juin : sabotage entre pont d’Ain et Ambronay - Saint-Denis –les-Bourg. 
27 juin : sabotage en gare de Polliat. 
27 – 28 juin : sabotage entre Saint-Rambert et Torcieu, sabotage entre Ambérieu et Bourg. 
28 juin : sabotage à Leyment. 
29 – 30 juin : sabotage à Saint-Denis-en-Bugey, sabotage entre Moulin-des-Ponts et Saint-Etienne-du-Bois. 
30 – 1er juillet : sabotage entre Polliat et Bourg, sabotage à Miribel.
Plus...

Actions de la Résistance dans l'Ain juillet 1944



1er juillet : sabotage entre Villars-Chalaomont et saint-André-de-Corcy. 
2 juillet : sabotage entre la Vavrette et Pont d’Ain. 
2 – 3 juillet : sabotage entre Bourg et Saint-Etienne-du-Bois, sabotage pont sur le Suran à Pont d’Ain. 
3 juillet : sabotage à Perrex, sabotage entre Saint-Martin-du-Mont et la Vavrette. 
3 – 4 juillet : sabotage entre Pont d’Ain et Saint-Martin-du-Mont, sabotage entre Meximieux et Leyment. 
4 juillet : sabotage à Leyment, sabotage entre Coligny et Saint-Amour. 
4 – 5 juillet : sabotage entre Pont d’Ain et Saint-Martin-du-Mont. 
5 juillet : sabotage en gare d’Ambérieu, sabotage à la Vavrette. 
5-6 juillet : sabotage à Seyssel, sabotage à Pont d’Ain. 
6 juillet : sabotage à Polliat, sabotage à Saint-Etienne-du-Bois, sabotage à Ambérieu, sabotage à Saint-André-de-Corcy, sabotage Servas – Lent, sabotage à Pont d’Ain, sabotage à Viriat. 
6 – 7 juillet : sabotage ligne Mâcon – Genève. 
7 juillet : sabotage entre Meximieux et Leyment. 
8 juillet : sabotage à Leyment, sabotage à Servas, sabotage poste d’aiguillage gare d’Ambérieu. 
10 juillet : sabotage pylône à Vescours. 
11 juillet : sabotage ligne Châlon – Bourg, sabotage à Polliat, sabotage entre Polliat et Mâcon. 
13 juillet : sabotage à Bourg, sabotage entre Saint-Martin-du-Mont et Ambronay. 
15 juillet : sabotage à Polliat. 
15 – 16 juillet : sabotage entre Pont-de-Veyle et Vonnas. 
17 juillet : sabotage gare d’Ambérieu. 
18 juillet : sabotage à Leyment, sabotage entre Vonnas et Mézériat. 
21 juillet : sabotage entre Leyment et Villieu. 
22 juillet : sabotage entre Meximieux et la Valbonne. 
23 juillet : sabotage à Ambérieu, sabotage à la Valbonne. 
23 – 24 : sabotage entre Servas et Lent. 
25 juillet : sabotage entre Marlieux et Saint-Paul-de-Varax. 
26 juillet : sabotage entre Mâcon et Pont-de-Veyle. 
27 juillet : sabotage entre Pont-de-Veyle et Vonnas. 
28 juillet : sabotage entre Ambérieu et Leyment. 
30 juillet : sabotage ligne Lyon – Genève. 
31 juillet : sabotage gare à Villars.

Plus...

l'attaque de la gare de Bourg par le Maquis

Le 2 juin, à 1h 30, une centaine d’hommes, d’après les RG mais de fait 17 hommes du groupe franc Pesce, en collaboration avec le groupe Werner, venant de la direction La Cluse cernent le dépôt de la S.N.C.F. Ils se rendent maîtres du dépôt des machines de la gare de Bourg. Pourvus de brassards de garde-voies pour passer inaperçus dans les rues et aux abords de la gare, ils sont de fait armés de grenades, pistolets mitrailleurs et armes de poing et habillés de blouson des chantiers de jeunesse[1]. Ils arrêtent les 15 garde-voies et tiennent en respect les 14 personnels de la S.N.C.F. Au poste d’aiguillage n°1, les FFI coupent le téléphone. Un autre groupe pénètre dans la gare et se fait reconnaître à l’interpellation « qui est-là, les individus ont répliqué Maquis »[2].
Préférant « faire sauter le poste plutôt que d’avoir un bombardement »[3], comme ils l’expliquent au personnel de la SNCF, ils sabotent et détériorent 15 locomotives, une plaque tournante, le poste d’aiguillage n°2 et des appareils de voies. Accompagnés des gardes-voies et personnels de la SNCF, les FFI quittent la gare en passant par le dépôt des locomotives puis le dépôt d’huile avant de longer la voie et d’arriver au passage à niveau de Saint-Roch puis de la rue du Stand où les gardés à vue sont relâchés, leur interdisant de revenir à la gare avant le jour. 57 explosions retentissent à partir de 2h 15. Trois machines échappent au sabotage et une seule voie reste utilisable. La police arrive sur les lieux et constate la détérioration de 16 locomotives et du pont tournant. Interrogé, le personnel de la SNCF nie toute collusion et se hâte d’expliquer que ni les requis ni eux n’ont aidés les Maquis.
Ce coup de main, qui est repris d’une manière plus romancé dans l’introduction du film « Femmes de l’Ombre », interrompt la circulation ferroviaire durant 48 heures.
[1] L’habillement est disparate. Un servant de bazooka porte un casque noir.
[2] Procès Verbal d’audition d’Emile Durand, sous-chef de gare. 3 juin 1944. A.D. Ain 180W 221.
[3] Procès Verbal d’audition d’Henri Mercier, chef-aiguilleur. 3 juin 1944. A.D. Ain 180W 221.